_ok
Corinthe & Christophe Pédurand
49 Avenue Du Treuil 17770 Burie France
+33 (0)6 30 20 89 60
contact@domainedutreuil.fr

Les sites historiques :

À Saint CEZAIRE (6km du Domaine du treuil)
Paléosite : 

A la découverte du centre sur la Préhistoire le plus moderne du monde.
Le Paléosite s’étend sur un parc de 10 hectares et 2000m² de centre couvert et climatisé.
Visiter le PALÉOSITE c’est vivre une expérience unique.
Fantastique machine à remonter le temps, le Paléosite fait véritablement vivre la préhistoire à ses visiteurs, entre – 15 milliards d’années et – 35 000 ans, sur les traces de Neandertal…
Sur le site, vous pouvez découvrir le gisement archéologique.

Horaires : Ouvert du 1er avril au 11 novembre, tous les jours sauf les lundis et mardis hors périodes de vacances scolaires toutes zones, de 10h30 à 19h. Durée moyenne de la visite 2h30

Tarifs (2013) : Adulte : 10€
. Enfant (6 à 14 ans) : 6€
. Enfant moins de 6 ans : gratuit
. Carte d’abonné(e) annuelle : 30€
. Pass Famille : 2 adultes et 2 enfants (6 à 14 ans) : 26€  (votre deuxième enfant est donc gratuit)

PALÉOSITE
Route de la montée verte

17 770 – SAINT-CÉSAIRE
Tél. : 05 46 97 90 90
Fax : 05 46 97 90 99
http://www.paleosite.fr

À Saintes (15km du Domaine du treuil)
Cité Gallo-romaine : 

A l’époque gauloise, Saintes était un territoire sur lequel vivait un peuple gaulois appelé Santons et sur lequel se développa Mediolanum. La cité érigée sur les bords de la Charente et à l’aboutissement de la voie Agrippa qui reliait Lyon à l’Aquitania devint un centre administratif important. L’antique Mediolanum fut alors dotée d’un ensemble monumental digne d’une grande capitale. Il atteste de la volonté romaine de marquer son emprise sur la cité. Le développement de la ville témoigne aussi de l’échange de modes de vie entre Gaulois et Romains.
Certains édifices encore préservés comme l’Amphithéâtre, l’arc de Germanicus, notamment comptent parmi les principaux témoins de l’antiquité gallo-romaine dans la France de l’ouest.

L’amphithéâtre :
Il est l’un des plus grands et des plus anciens amphithéâtres de la Gaule chevelue. L’un des mieux conservés également ! Ici, les gladiateurs menaient des jeux à risque… à la vie à la mort.
Édifié vers 40 après J-C, dans un petit vallon naturel dont les flancs soutenaient les gradins, il pouvait accueillir plusieurs milliers de personnes. L’arène mesure plus de 66 mètres de long pour 39 mètres de large. Les deux grandes portes est et ouest de l’amphithéâtre permettaient de communiquer avec l’extérieur. Par la porte Sanavivaria, ou porte des vivants, entrait la pompa (défilé solennel) et ressortaient les gladiateurs vainqueurs. Par la porte Libitinensis, ou porte des morts (du nom de la déesse des funérailles) sortaient les dépouilles des gladiateurs et animaux mis à mort.
Aujourd’hui, si les superstructures ont disparu et si la verdure a remplacé les gradins, l’édifice actuel permet d’apprécier le beau plan d’ensemble, le mode de construction et la complexité des systèmes de circulation. Il est l’un des grands témoins de la romanisation du Pays Santon.

Horaires : du 1/10 au 31/03 : du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h; le dimanche de 14h à 17h30.

du 1/04 au 31/05 : du lundi au samedi de 10h à 18h ; le dimanche de 14h à 18h30; du 01/06 au 30/09 : tous les jours de 10h à 20h.

Fermeture les 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier.

Visites guidées en été.

tarifs :
3 € / adulte ; gratuit jusqu’à 18 ans inclus.
location audio-guide : 2 €
billet couplé amphithéâtre / abbaye aux dames pour la visite audio-guidée :8 € / personne. livret-jeu gratuit pour les enfants de 7 à 12 ans.
location d’audio-guides en français et en anglais.

AMPHITHEATRE GALLO-ROMAIN
20, rue Lacurie,
17100 SAINTES
05 46 97 73 85

L’arc Germanicus : 

Arc routier, il commémorait l’achèvement de la grande route transversale des Gaules (la voie Agrippa).
Il marquait également l’entrée principale de la ville romaine et ouvrait sur un pont. Construit en 18 – 19 ap J-C, il fut offert à la ville par un notable santon romanisé (Caius Julius Rufus). Les inscriptions du fronton indiquent qu’il est dédié à l’Empereur Tibère et à ses successeurs Drusus et Germanicus. Au cours du Moyen Âge, l’élargissement du lit du fleuve entraîna le prolongement du pont vers l’est. L’arc finit par se retrouver les pieds dans l’eau.
En 1843 lors de la démolition du pont romain qui menaçait ruine, l’arc fut déposé pierre par pierre et remonté à quelques mètres de son emplacement originel. Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments Historiques, fut l’initiateur de cette mesure de sauvegarde.
L’arc Germanicus à double arcade, arc votif et non de triomphe, est décoré de façon sobre avec de simples colonnes et pilastres cannelés coiffés de chapiteaux corinthiens. L’arc est aussi un support épigraphique. Caius Julius Rufus, le donateur, a fait graver sur l’arc ses titres et sa généalogie d’origine gauloise.

ARC DE GERMANICUS
Place Bassompierre,
17100 SAINTES

Les thermes de Saint-Saloine : 

Mediolanum est dotée d’infrastructures modernes semblables à celles de Rome.
Les thermes construits dans une deuxième phase d’extension de la ville (seconde moitié du 1er siècle) en sont une illustration. Un aqueduc alimentait la ville et l’établissement thermal en eau potable. Les vestiges dégagés permettent de découvrir des niches de soutènement et le caldarium (bain chaud).
À voir aussi  : les sarcophages de la nécropole paléochrétienne établie sur le site au Ve siècle, la belle vue sur les toits de tuile rose de la ville.

THERMES DE SAINT-SALOINE
Rue des Thermes Romains,
17100 SAINTES

À Fontcouverte, Le Douhet, Vénérand (16 Km du Domaine du treuil)
L’aqueduc : 

Il alimentait la cité en eau. Les traces de l’ancien aqueduc romain se découvrent sur les communes alentours Fontcouverte, Le Douhet et Vénérand.
Sur ces communes se trouvaient également les sources qui l’alimentaient.
La source de la Font-Morillon de Fontcouverte fut la première alimentation de l’aqueduc. Avec l’accroissement démographique de la cité, le débit n’était plus suffisant et un second aqueduc fut raccordé au premier. Celui-ci captait les sources de Vénérand et du Douhet.
A Fontcouverte, sur le golf, des vestiges des arches de l’aqueduc sont visibles.
Au Douhet, lors d’une randonnée pédestre dans le vallon des bois de la Tonne, vous pourrez voir l’embranchement des conduits de Vénérand et du Douhet.
A Vénérand, au Moulin du Chemin des Lavandières, on peut apercevoir le départ de la canalisation.

À SAINT-JEAN-D’ANGELY (25 Km du Domaine du treuil)
Centre médiéval de Saint-Jean-d’Angely : 

A Saint-Jean-d’Angely, il est de coutume de visiter l’abbaye : normal, la ville s’est développé autour d’elle. Construite au IXe sous Pépin d’Aquitaine, elle a été érigée pour abriter une prestigieuse relique : le crâne de Saint Jean-Baptiste. La relique disparaîtra mais la ville se développera et vous pouvez en levant les yeux à chaque coin de rue, recenser les traces de l’histoire médiévale. En plus du découpage des ruelles tortueuses et des nombreuses maisons à pans de bois du XVe siècle, la tour de l’Horloge constitue un témoignage immanquable.

À PAIZAI-NAUDOUIN-EMBOURIE (50 Km du Domaine du treuil)
Villa Gallo-romaine d’Embourie : 

A l’époque elle devait être grandiose, car sous vos yeux, seules des fondations de pierre parfaitement rectiligne témoignent de l’existence de ce qui fut une exploitation agricole entre le 1er siècle avant J.-C. et le V siècle après J.-C.

Horaires : Accès libre toute l’année. Visite guidée sur rendez-vous
Tarifs : Visite guidée par adulte 3,5€ – gratuit pour les moins de 16 ans.
Villa Gallo-romaine
16240 Paizay-Naudouin-Embourie
05 45 31 65 15
www.villa-gallo-romaine-embourie.com

Ce contenu a été publié par modo. Mettez-le en favori avec son permalien.